Squat du Chêne-Vert Un toit c’est un droit

Partager

Vous trouverez également ci-dessous le communiqué du Collectif de syndiqué-e-s en soutien aux migrant-e-s

Communiqué de l’Union syndicale Solidaires 49

Angers le 14 octobre 2016


Squat du Chêne-Vert Un toit c’est un droit

Un collectif de militant·e·s syndicaux, dont des militant·e·s de l’Union syndicale Solidaires, ont participé il y a quelques jours à l’ouverture d’un nouveau squat d’habitation sur Angers. Ce lieu de vie est situé 3 rue du Chêne-Vert, Bâtiment L3. Cet immeuble désaffecté, collé à la caserne des pompiers du Chêne-Vert, est en parfait état.

Il accueille depuis quelques jours cinq familles Roms, dont neuf enfants et trois personnes handicapées, qui étaient à la rue ou dans des logements très précaires, depuis plus de 6 mois.

En participant à l’ouverture de ce squat, ce collectif de militant·e·s syndicaux a pallié aux manquement des pouvoirs publics (Etat, Conseil départemental, mairie) qui laissent familles et enfants dans la rue. En agissant, ce collectif veut prouver que la solidarité n’est pas un qu’un mot : la solidarité doit se vivre au quotidien, ici et maintenant.

L’Union syndicale Solidaires 49 apporte son soutien à ces familles Roms dans leur lutte pour une vie digne. Elle appelle l’ensemble de la population angevine à les soutenir, ainsi qu’à soutenir le squat de réfugiés de la Vendange (route de Paris à Angers).

Attaquons-nous à la misère croissante, à la pauvreté de masse, à une austérité sans rivage ! Exigeons le respect de la dignité et des droits sociaux de toutes et tous, quelle que soit leur origine !

Français-es ou immigré-e-s : Un toit c’est un droit !

14, place Imbach 49100 Angers
solidaires.49@wanadoo.fr
02 41 43 19 07

PDF - 39.5 ko
Communiqué de Soutien au Chêne-Vert


Collectif de syndiqué-e-s en soutien aux migrant-e-s

Nous sommes des syndiqué-e-s, membres de différentes organisations syndicales qui, malgré les discours nationalistes, malgré les discours inter-classistes sur le grand patronat qu’il convient de soutenir dans « la compétition mondiale », avons décidé d’agir concrètement pour exprimer notre Solidarité.

Nous membre de différents syndicats, travailleurs et travailleuses du privé comme du public, en « activité ou pas », affirmons que la seule frontière qui devrait exister réside entre dominé-e-s et dominant-e-s, entre exploité-e-s et exploiteurs/rices, entre celles et ceux qui produisent les richesses réelles et celles et ceux qui en profitent et se permettent de faire la morale et des lois pour toujours travailler plus pour leurs bénéfices.

Nous sommes révulsé-e-s par les discours hypocrites des « dirigeant-e-s » qui préfèrent mettre à la rue des familles entières plutôt que de les laisser dans des immeubles réquisitionnés. Ils et elles osent mentir en disant que ces lieux ne sont pas dignes, que sont lieux sont insalubres, etc. Pire, ils et elles vont jusqu’à couper l’eau dans certains immeubles réquisitionnés !

Pourtant nos collectivités en ont de beaux immeubles. La preuve : les habitations de cette caserne vidée, peu à peu, de ses pompiers et leurs familles, entretenues par les impôts de la collectivité (plutôt que de fournir des moyens aux pompiers eux-mêmes). D’ailleurs, puisque la préfecture semble s’intéresser au logement et s’interroge gravement où trouver des logements dignes pour les migrant-e-s de Calais (qui ne souhaitent qu’aller en Angleterre), nous lui suggérons qu’au moins cinq autres immeubles d’habitations sont vides.
Peut-être enfin l’occasion d’un projet d’envergure pour accueillir dignement les nationaux et non-nationaux à la rue ?

À notre petite échelle, nous avons décidé, d’œuvrer au sein de nos organisations syndicales mais aussi en tant qu’individu-e-s, à la solidarité entre les peuples, entre les gens.

Aux côtés d’autres associations et collectifs nous nous engageons.

Pour l’instant nous avons choisi de soutenir la réquisition de logements vides pour les mettre à disposition de personnes enfants et adultes vivant à la rue, qu’ils et elles soient nationaux ou pas, nous nous en fichons. Malgré les pseudos discours qui ne manquent pas à chaque fois sur ce type d’actions, nous pensons qu’il vaut mieux avoir un toit sur la tête pour vivre et dormir qu’être dehors sous la pluie et le vent ! (Il n’y a en pas trop en ce moment, mais bon !)

Passez, venez, les besoins sont nombreux, multiples.
Plus nous serons, plus nous changerons les choses.
N’hésitez pas à pousser vos organisations syndicales à se positionner.

syndicalistespourlentraide@gmail.com
06.23.75.55.71

14 octobre 2016 , par Solidaires 49