Protection de l’Enfance, de l’Action Social et Médico-Social

Partager

Communiqué de Presse Sud Santé Sociaux 49

suite au rassemblement de la Protection de l’Enfance, de l’Action Social et Médico-Social devant le Conseil Départemental du Maine et Loire à Angers ce vendredi 19 mars 2021.

Depuis 2017, le Conseil Départemental méprise les salariés du secteur ainsi que les enfants confiés au département. M. Gillet et ses fidèles collaborateurs ne cessent de se voiler la face et de contrecarrer nos nombreuses alertes par une argumentation ridicule et indigne de l’enjeu.

En 2017, nous étions des « Cassandre » qui voyaient le mal partout et des associations réfractaires aux changements, alors qu’eux nous annonçaient monts et merveilles grâce à leurs réformes.

Nous avons ensuite été « des syndicats savonneurs de planche » qui empêchaient la bonne mise en place de leurs soi-disant superbes réformes.

Aujourd’hui, il n’y a toujours aucune réelle remise en question des appels à projets et des réorganisations, ou plutôt devrions nous dire désorganisations, au sein des services de l’ASE. Et bien évidemment, à écouter M. Gillet, le problème serait dorénavant dû au COVID.

Mais comment est-il encore possible de nier la réalité ? Comment ne pas voir le nombre de placements ou de mesures d’accompagnement éducatif en milieu ouvert qui ne sont pas mis en œuvre ? Comment ne pas mesurer l’impact des ruptures de parcours sur les jeunes suivis ? Comment ne pas voir le malaise des travailleuses et travailleurs de terrain ou administratifs qui ne peuvent plus accepter de faire du sale boulot ? Pourquoi vouloir les éloigner sans cesse de la relation humaine pourtant centrale et essentielle et qui les avaient amenés à choisir ce métier ? Pourquoi les amener à être en permanence dans une perte de sens de leur travail ?

Aujourd’hui, le Département valide la fermeture de la pouponnière Pimloo ouverte il y a deux ans dans le cadre des appels à projet, le foyer d’action éducative l’Aiglon qui accueillait des adolescents de manière innovante et reconnue est fermé brutalement par l’ASEA et des associations comme l’ARPEJE travaillent pour d’autres départements alors que des groupes d’enfants du VSE sont surchargés. Alors que des groupes d’enfants du VSE sont surchargés et que plusieurs dizaines de mesures de placement ordonnées par les Juges des Enfants attendent d’être mises en œuvre, faute de place disponible.

Comment ne pas voir qu’ARPEJE 49, qui ne devrait plus accueillir d’enfants du 49 depuis 2017, car soi-disant cette association n’était plus suffisamment bonne pour poursuivre son activité, accueille encore des enfants du Maine-et-Loire plus de 3 ans après ?

Est-ce parce que la situation s’est améliorée et que le département mesure les besoins réels de terrain ? Bien sûr que non !

Mr Gillet, il faut arrêter de se mentir toujours plus et d’être dans l’autosatisfaction permanente à la tribune du Conseil Départemental, dans la presse et les médias ! Vous ne pouvez plus fermer les yeux face aux alertes, face aux courriers de vos agents, face aux rapports accablants de la Cour des comptes et tout simplement face à la réalité que nous vivons chaque jour !

En cette année électorale, il faut rester mobilisés pour faire plier ces élus aux abois qui veulent juste sauver leurs places dorées. Professionnels du public comme du privée, ne relâchons pas la pression et unissons-nous pour défendre l’intérêt réel des enfants, qui ne peut passer que par la défense de conditions de travail décentes et de moyens humains et financiers adaptés !

Sud Santé Sociaux ne peut que vous soutenir et être à vos côtés pour maintenir la pression et la lutte jusqu’à l’obtention d’un service de Protection de l’enfance, public et privé, de qualité. Il faut des moyens humains et financiers à hauteur des réels besoins. Construisons notre avenir afin qu’il repousse en Anjou !

Contact :

Gerland Julien 06 82 10 99 88

Nivault Martin : 06 87 04 34 36

19 mars , par Solidaires 49