Le mot du jeudi

Partager


3 décembre 2015
Le PDF


Buvons un coup ou plus !
Fête de la laïcité

Le 9 décembre, date anniversaire de la loi de séparation de l’Église et de l’État , aura lieu la fête de la laïcité.

De multiples manifestations à travers tout le département marqueront cette journée. Attention, ça commence ce week end...

Il est fondamental de ne pas laisser s’installer le dévoiement de la laïcité et son instrumentalisation comme arme de division ou de stigmatisation.

Nouvelle inattendue
Remplacement : épuisement du stock !

A la surprise générale, le jeu des chaises musicales recommence avec les remplaçant-e-s. Ainsi, cette semaine, dans une école deux collègues étaient absentes. Une toute la semaine qui a été remplacée un jour mais pas le suivant et une autre, qui effectue un remplacement longue durée depuis la rentrée et jusqu’en avril, qui a été "déplacée" pour une journée dans une autre école... Dans une autre école de 3 classes, 2 enseignants étaient absents mercredi, l’un pour la matinée, l’autre pour toute la fin de la période, le premier n’a pas été remplacé, le second l’est jusqu’à demain… Une troisième se retrouve à répartir les élèves faute de remplaçant-e… Vivement que le père Noël apporte des remplaçant-e-s au DASEN !

À en perdre sa chemise...
Précarité : la course à l’échalote !

Les assistant-e-s administratifs de la Plateforme de Suivi et d’Appui aux Décrocheurs (PSAD) embauché-e-s par le Groupement d’Intérêt Public (GIP) de l’Académie de Nantes ont eu la désagréable surprise d’apprendre le non-renouvellement de leur CDD. Fautes professionnelles généralisées ? Fin des financements ? Non ! seulement un remplacement de ces contractuels de droit public par des contrats aidés (CUI-CAE) de droit privé. Avantage pour nos patrons ? Un coût deux fois moins élevé (vive les exonérations de cotisations sociales !). Pour les salarié-e-s ? une mise en concurrence généralisée entre précaires de différents statuts.

SUD éducation 49 dénonce cet abus manifeste dans l’utilisation des contrats aidés afin de remplacer des salarié-e-s déjà en poste dans le seul but de réduire les coûts !A l’heure où le Ministère de l’Éducation Nationale fait de la lutte contre le décrochage scolaire une de ses priorités, le service public aurait tout à gagner au maintien de personnels formés et stables. On ne lutte pas contre le décrochage scolaire avec une précarité généralisée parmi le personnel chargé de cette mission.

Au CIO d’Angers (où travaillent les administratifs PSAD), les syndicats bougent et soutiennent la collègue concernée ; SUD demande au GIP de l’Académie de Nantes de revenir sur sa décision et de maintenir les collègues dans leur emploi a minima aux mêmes conditions que précédemment.

PRECARITE BASTA ! De vrais emplois pour les contractuels !

Formation syndicale
Assistant-e-s d’Éducation (AED) : des droits à connaître pour les faire appliquer !

SUD éducation 49 organise son stage annuel à destination des Assistant-e-s d’Éducation (AED) des collèges et lycées du Maine-et-Loire.

Le 21 janvier 2016 de 9h à 17h à la Bourse du travail d’Angers.
Inscription avant le 18 décembre

Au programme : le fonctionnement d’une vie scolaire, le contrat de travail, congés, absences, représentativité et droits syndicaux, conflits au travail, syndicalisme SUD et Solidaires...

La formation sera animée par des CPE et AED de SUD éducation.

La formation syndicale est un droit et de droit, qui ne s’use que si on ne s’en sert pas !
modalités d’inscription

État d’urgence, État répressif
Moins de libertés pour garantir la Liberté ?!

Voilà près de trois semaines que des cinglés ont commis de terribles attentats tuant au moins 130 personnes et en blessant 352 autres. Face à cette situation d’urgence, le gouvernement a décidé de prolonger l’état d’urgence jusqu’au 26 février (il serait déjà question de prolonger la prolongation…). Le législateur a voulu ainsi donner des moyens d’exception à la justice afin d’enquêter sur les attentats et d’avorter toute nouvelle tentative. Ainsi, le ministre de l’intérieur communique régulièrement des chiffres pour attester de l’efficacité de l’état d’exception dans la lutte contre le terrorisme : 2235 perquisitions administratives, 263 interpellations, 232 gardes à vue, 334 armes saisies dont 145 longues et 34 armes de guerres, 330 assignations à résidence, 3 mosquées fermées et 346 procédures judiciaires. Mais aucune enquête judiciaire ouverte auprès du parquet anti-terroriste à la suite de ces perquisitions. En d’autres termes, les 2235 perquisitions administratives n’ont pas permis de faire avancer la lutte contre le terrorisme. En revanche, cela a permis d’assigner à résidence 26 militants écologistes le temps de la COP 21, 208 militants climatiques ont été interpellés lors du rassemblement du 28 novembre place de la République à Paris…vidéo Taranis news

Bref, les exemples ne manquent pas. Un petit dernier pour la route

Plus que jamais, continuons à œuvrer pour l’émancipation et la justice sociale, contre une société qui produit de l’exclusion, de la précarité, de la misère et de la violence. Notre place est au côté des forces du mouvement social et des peuples qui luttent pour leur liberté et le progrès social dans le monde.

Notre combat pour la justice sociale est légitime et doit être poursuivi quelles que soient les circonstances. À la haine et à la peur, opposons la solidarité et l’action collective. Le dernier communiqué fédéral.

Urgence climatique
Monsieur le Président, pour la COP21 :: abandonnez l’aéroport de Notre-Dame des Landes

Aux conférences de l’ONU sur le climat, les discours enflammées cachent souvent la faiblesse des actes. La COP21 n’échappe pas à cette règle.

Alors que le Président de la République invite des dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement à agir rapidement pour éviter le crash climatique, son premier ministre s’entête à défendre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes.

N’est il pas incohérent de vouloir un accord international divisant nos émissions de gaz à effet de serre par quatre tout en défendant des projets locaux ayant une incidence significative sur nos émissions de CO2 ?

Cet aéroport est justifié au nom d’un bien hypothétique triplement du trafic aérien d’ici à 2050 !

A l’évidence, pour avoir une réelle influence sur le dérèglement climatique, la COP21 doit amener le gouvernement Français à montrer l’exemple en abandonnant le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes.

Penser globalement, c’est bien... Agir localement, c’est mieux !

Signez la pétoche

5 bonnes raisons d’adhérer à SUD Éducation
le bulletin d’adhésion
Esther BILLAUD, Yoann CARRE, Jérôme HOEVE, Patrice LAMBERT, Olivier LORREYTE, Gilles SÉBARÉ ; co-bureaucrates du jeudi.

4 décembre 2015 , par SUD Education 49