Destruction massive de la protection de l’enfance.

Partager

PDF - 300 ko

Les résultats sont tombés et c’est une catastrophe…
350 salarié(e)s au chômage !!!

Depuis plusieurs mois les salarié(e)s de la protection de l’enfance dans le Maine et Loire travaillent dans l’incertitude complète et avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Mais là, le couperet est tombé, le fait du prince Gillet se confirme, il a décidé de balayer d’un revers de la main, avec un mépris ostensible pour l’ensemble des salarié(e)s du secteur, ce qu’ils ont construit depuis des années !!

Les professionnel(le)s de l’APEACH, de l’ARPEJE 49, de l’ACADEA (du CAP), des Tourelles, de l’URPEP (les Ecureuils), de Cassiopée, et beaucoup d’autres encore, se retrouvent victimes de ses préjugés idéologiques, de sa méconnaissance de la réalité du travail de terrain, et vont devoir aller pointer à pôle emploi. Mais Compte tenu de la logique purement financière du prince Gillet, ne soyons pas dupes, il faut s’attendre à ce qu’il ne s’arrête pas en si bon chemin et que beaucoup d’autres passent encore à la moulinette du CD 49...

C’est donc bien l’ensemble du secteur social qui est attaqué par une remise en question majeure de l’éthique de travail.

Et comble du cynisme, le prince Gillet, alors qu’il précarise plus de 350 professionnel(le)s, demande quand même à ce qu’ils continuent à faire « le boulot » en attendant que les autres associations se mettent en place…

Et il ose dire qu’il va tout faire pour les aider à se reclasser...

Mais quelle honte !

A qui le tour après ?

Nos collègues de l’AEMO, de l’ASE, du VSE ???

Nous ne pouvons rester sans réagir et nous appelons à :

Une grève générale du secteur social le jeudi 4 mai

Avec mobilisation au centre diocésain St Jean à 9h, 36 rue Barra à Angers, pour bloquer l’accès à M. Charcellay qui y réunit l’ensemble des référent(e)s ASE.

Suivie d’une

Assemblée Générale intersyndicale à la Bourse du Travail à Angers, salle Pelloutier à 18h, afin d’envisager la suite du mouvement !

Contre la logique de marchandisation et un travail social au rabais,

Pour la défense de nos emplois et de notre éthique de travail,

Contre sa bourse à l’emploi qui méprise les salarié(e)s, Pour des enfants bien accompagnés,

Contre la misère pour tous,

Pour un service public de qualité et des moyens appropriés,…..

Tous unis et dans la rue,

le social n’est pas à vendre,

Osons dire non !!

28 avril , par Solidaires 49